Beggar Hedda


Née le 21 janvier 1920 a Tiffech  Souk Ahras(Thagast) dans la confederation des Ath Barbar(Houaras), elle fut l'une des premières femmes à chanter pour les femmes et pour les hommes à la différence des chanteuses des villes d'Algerie d'avant l'indépendance qui possédaient des orchestres strictement féminins.
Cette chanteuse qui fit les campagnes du pays chawi et d’autres villes algériennes avait eu un destin particulier  . Durant sa jeunesse,Hedda fut mariée à un homme âgé sans son consentement à l'âge de 12 ans, par sa mere qui elle meme etait une troubadour qui initia la jeune artiste, apres une courte periode, Hedda quitta ce mariage forcé pour mener une vie de femme libre et independante qui enrichera sa carriere en animant les fêtes familiales . A l'âge de 20 ans, elle rencontra,  l'homme qui allait bouleverser sa vie: son flûtiste et son futur époux, Brahim Bendabêche, qu'elle vit, pour la première fois, à la fin d'une fête de mariage près de Mechrouha. Beggar Hedda qui resta longtemps un mystère parce qu'elle refusa de voir sa photo sur les pochettes de ses disques, avait fait ses débuts professionels avec les Guessabas de Boukebche.
Après une carrière de plus de 50 ans, ignorée par la presse et la télévision, jusqu'en 1990, elle s'installa définitivement à Annaba. Celle qui s'est imposée comme la continuatrice du grand Djermuni  dont  il etait sa source d’inspiration avec Ali Khencheli fera une dernière apparition en 1992 au cours de l'émission d'Abdelkrim Sekkar, Bonsoir Culture.
Lalla Hedda  a chanté la vie, l'amour et ses peines. Une de ses fameuses chansons fut “A baba sidi”.
La troubadour qui etait toujours independante, gracieuse et élegante  eu une fin tres triste ponctuée par la pauvreté et affectée par la maladie d’Alzeimer.





Enregistrer un commentaire